Contact phone number:

Contact email:

Top 5 idées reçues de l’exportation en Chine

février 16, 2018

A l’occasion du nouvel an chinois, l’équipe B Platform vous dévoile les top 5 idées reçues sur l’exportation en Chine.

 

N°1 : « Les consommateurs chinois n’achètent qu’en ligne »

 

L’E-commerce chinois a généré environs 737 milliards d’Euros en 2016, et une croissance doublée comparée aux résultats de l’ensemble du secteur du détail en Chine, qui pèse presque 5 trillions d’euros dans la même année. Certes, la proportion du E-commerce dans l’ensemble du secteur du détail en Chine est 3 fois plus important qu’en France (qui est aux alentours de 5%), mais les consommateurs sont loin d’être privés de leur in-store expérience, irremplaçable et non transposable.

En effet, les produits rares, luxueux et importés sont assez difficile à trouver sur Internet et c’est aussi la raison pour laquelle tant de consommateurs chinois voyagent jusqu’en France chaque année pour faire du shopping.

 

N°2 : « Les chinois aiment acheter des contrefaçons »

 

La Chine est le pays où la contrefaçon est la plus présente. En 2013, 84,5% des saisies de faux ont été effectuées en Chine selon l’OCDE et 60% des produits ont été inspirés de marques européennes.

Cependant, la problématique de contrefaçon a évolué depuis les dernières années. L’offre et la demande sur les produits de luxe sont en train de s’équilibrer grâce aux efforts du marketing faites par les grandes marques de luxe sur le marché chinois et l’essor des revenues de la classe moyenne. Les produits occidentaux sont devenus facilement accessibles aujourd’hui sur le marché chinois.

Les consommateurs chinois s’informent de plus en plus sur les produits étrangers et deviennent exigeants sur la qualité de ceux-ci et sur leur provenance pour justifier l’authenticité de leurs achats. En conséquence, la clientèle chinoise a un désintérêt prononcé pour les imitations de marques étrangères et ainsi préfère choisir leurs lieux d’achats favoris pour éviter les copies.

 

N°3 : « L’export vers le marché chinois est plus compliqué que vers un autre marché »

 

Les PME rencontrent de nombreuses difficultés dans leurs démarches à l’export en Chine. Pourtant B Platform a mené un sondage auprès des marques françaises en début de l’année 2018 pour déterminer les problématiques d’export en Chine. Nous sommes arrivés aux conclusions similaires que le sondage mené par la CCI Paris Ile-de-France en 2017 pour tous les pays du monde. Selon cette étude, les principaux freins à l’export pour les entreprises françaises (sur un panel de 500 entreprises dont 88% sont des PME de moins de 100 salariés) sont :

–          Des freins externes : les obstacles réglementaires et administratifs 76%, le risque politique 28% et la concurrence locale 27%

–          Des freins internes : le financement des actions à l’export 54%, le manque de ressources dédiées pour un développement à l’international 28%, la méconnaissance des marchés visés 25% et l’identification des cibles 19%

 

N°4 : « Exporter vers la Chine, c’est pareil que vers un autre pays »

 

La complexité du marché chinois est due à plusieurs facteurs : un fonctionnement différent de l’administration française et un challenge culturel pour les partenaires chinois et français, un pays en forte croissance où la demande et les régulations applicables évoluent très rapidement ainsi qu’une multiplicité des interlocuteurs chinois pour rejoindre ce marché.

Pour les entreprises françaises, il est difficile de suivre ces évolutions très rapides sur le marché à cause de la distance et/ou de la méconnaissance de leur culture. Il est aussi difficile de trouver des partenaires de confiance et pérenniser la relation pour les mêmes raisons.

La multiplicité des interlocuteurs dans la chaîne de distribution, le manque de détails sur les caractéristiques de vos partenaires ainsi que le manque de suivi des produits après-vente par vos partenaires participent à la méfiance des entreprises pour exporter en Chine.

 

N°5 : « Pour réussir en Chine, il suffit de trouver un partenaire chinois »

 

Depuis une dizaine d’année, nous voyons des grandes ruptures en Chine entre les canaux de distribution classiques, souvent opaques et les nouveaux canaux qui tendent à se rapprocher d’un modèle occidental. Bien choisir le canal de distribution en Chine dont votre partenaire appartient est souvent plus important que votre partenaire lui-même. L’endroit où votre marque fait son apparition est un élément stratégique qu’il ne faut pas négliger.

 

En cohérence avec la tendance du marché chinois, une plateforme B2B cross border devient une interface unique et une réelle opportunité pour les boutiques chinoises en quête de produits étrangers de haut de gamme et pour les marques françaises à la recherche de partenaires fiables.

 

Avec un profil détaillé de votre contrepartie, ainsi que la possibilité de prendre directement contact avec lui, B Platform vous propose une solution directe et transparente dans le but de suivre évolution rapide sur le marché chinois.

 

Vous souhaitez exporter en Chine ou exportez déjà en Chine ? Nous pouvons vous aider à trouver vos revendeurs ou vos acheteurs professionnels directement. N’hésitez pas à nous contacter pour que nous analysions ensemble votre positionnement sur ce marché en prenant compte de vos besoins et difficultés en Chine.

0 Comment on this Article

Add a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close